Procédures du HIA

Quelles sont les indications (Critère 1) pour une sortie immédiate et définitive du terrain à la suite d'une blessure à la tête ?

Il y a 12 signes et symptômes de Critère 1, dont six peuvent être observés sur vidéo et les cinq autres identifiés lors de l'évaluation sur le terrain.

Généralement observés sur vidéo :

  • Perte de connaissance confirmée
  • Suspicion de perte de connaissance
  • Convulsions
  • Crise tonique posturale
  • Troubles de l'équilibre / ataxie
  • Clairement hébété

Identifiés lors de l'évaluation sur le terrain :

  • Désorientation du joueur : temps, lieu ou personnes
  • Clairement confus
  • Changements de comportement évidents
  • Signes oculomoteurs (par nouveau nystagmus spontané)
  • Identification sur le terrain de signes ou symptômes de commotion cérébrale

Identifié avant le match :

  • Moins de 19 ans - Identification et Sortie du terrain

Quelles sont les indications (Critère 2) pour un HIA ?

  • Impact à la tête sans diagnostic apparent immédiat
  • Changements de comportement éventuels
  • Confusion éventuelle
  • L'événement a été perçu comme susceptible de provoquer une commotion
  • Signe inférieur au seuil d'un Critère 1, par ex trouble possible de l'équilibre, perte de connaissance possible etc.

Comment diagnostique-t-on une commotion cérébrale chez un joueur ?

Selon la définition opérationnelle de World Rugby, un joueur souffre d'une commotion cérébrale confirmée si :

  1. Un signe ou symptôme du Critère 1 est présent et confirmé conformément au formulaire HIA1
  2. Une évaluation HIA2 anormale a lieu après le match, le jour même (commotion à expression immédiate).
  3. Une évaluation HIA3 à 36-48 heures anormale a lieu (commotion à expression retardée)
  4. Le médecin traitant a une suspicion clinique de commotion cérébrale.

Selon cette définition opérationnelle, une commotion cérébrale peut être diagnostiquée immédiatement après une blessure à la tête, mais ne peut être exclue tant que l'HIA2 et l'HIA3 n'ont pas été réalisés, c'est-à-dire 36-48 heures après la blessure.

Les signes et symptômes de sortie immédiate et définitive (Critère 1) sont-ils confirmés au cours d'une évaluation sur le terrain ?

Non. Les signes du Critère 1 peuvent être identifiés du bord du terrain, sur vidéo ou en route pour assister le joueur blessé. Les symptômes et les signes oculomoteurs sont identifiés pendant que le médecin de l'équipe s'occupe du joueur.

En cas d'identification sur la vidéo, le joueur doit être sorti du terrain et la vidéo doit être examinée simultanément par le Médecin d'équipe et le médecin du jour du match (MDM) et un accord doit être atteint avant d'imposer la sortie définitive du match.

Quelle évaluation est nécessaire pour identifier un signe « oculomoteur » ?

En général, un signe oculomoteur est immédiatement apparent et comprend des signes tels qu’un nystagmus d’apparition nouvelle, des mouvements oculaires asymétriques, la taille et les réactions de la pupille. Bien qu'ils ne constituent pas un signe courant de commotion cérébrale, s'ils sont présents suite à une blessure à la tête, ils sont des indicateurs justifiant une sortie immédiate et définitive du match.

Qui peut demander un dépistage HIA1 hors du terrain ?

Le personnel médical sur le terrain (tel que défini par chaque Fédération), l'arbitre ou le MDM sont autorisés à demander un dépistage hors du terrain. Un membre du personnel médical sur le terrain de l'équipe adverse n'est pas autorisé à demander un dépistage en dehors du terrain sur un joueur adverse, ni à faire des commentaires sur des incidents impliquant des joueurs de l'équipe adverse.

Qui effectue le dépistage HIA1 hors du terrain ?

Le Médecin d'équipe effectuera un dépistage HIA1 hors du terrain sur un joueur lorsque cela est indiqué, à moins qu'il ne confie cette responsabilité au médecin du jour du match (MDM) avant le début du match. Si le MDM effectue le dépistage hors du terrain, la responsabilité de la décision concernant la reprise de jeu incombe au MDM. Si le MDM effectue le dépistage hors du terrain, la pratique recommandée est de coopérer avec le médecin de l'équipe avant d'arriver à la décision finale. La décision finale du dépistage HIA1 hors du terrain revient au MDM.

Dans le jeu à VII, le dépistage HIA1 hors du terrain sera effectué par le Médecin de l'équipe, le Médecin du jour du match ou le Médecin du tournoi de World Rugby.

Quand est-ce qu'un joueur échoue à ou obtient un dépistage HIA1 hors du terrain positif ?

Un joueur échoue à ou obtient un dépistage HIA1 hors du terrain positif et ne doit PAS reprendre le jeu si :

  • Le joueur répond « oui » à un symptôme ou plus ou
  • Le joueur répond incorrectement à une ou plusieurs questions de mémoire ou
  • le joueur obtient un score inférieur au valeurs de référence ou aux normes de rugby identifiées pour l'évaluation SAC ou
  • le joueur échoue au test d'équilibre (plus d'erreurs que le niveau de référence, si aucun test de référence n'est disponible, les données normatives de WR montrent que 4 ou plus erreurs de position en tandem, 6 ou plus erreurs de position sur un pied indiquent des résultats de test anormaux)
  • le Médecin de l’équipe observe que le joueur présente un signe anormal ou
  • le médecin qui effectue l'évaluation hors du terrain a une suspicion clinique de commotion cérébrale.

Toute suspicion clinique de commotion cérébrale par le médecin effectuant le dépistage HIA1 hors du terrain, pour quelque motif que ce soit, doit entraîner la sortie définitive du joueur, même si ce HIA hors du terrain est normal.

Si un joueur donne une réponse positive à une partie de l'évaluation hors du terrain qui peut être expliquée par un autre motif qu'une blessure à la tête, le médecin de l'équipe a toujours la possibilité d'annuler le résultat HIA1 positif en consultation avec le Médecin du jour du match. Dans ce cas, une explication doit être consignée sur le formulaire HIA1, indiquant la raison de la décision d'annulation.

Quel est le rôle du MDM (médecin indépendant) et quel rôle joue le MDM dans la décision concernant la reprise du jeu ?

Le MDM observera le dépistage hors du terrain avec le Médecin de l'équipe qui l'effectue, à moins que le Médecin de l'équipe ne lui confie cette responsabilité. Si le Médecin de l'équipe confie au MDM la responsabilité d'effectuer un dépistage hors du terrain, le MDM l'effectuera et sera responsable de la décision concernant la reprise du jeu.

Si le MDM effectue un dépistage hors du terrain parce que deux joueurs ont besoin d'un dépistage hors du terrain en même temps, le Médecin de l'équipe conservera la responsabilité la décision concernant la reprise du jeu.

Si un joueur est autorisé à reprendre le jeu ou reprend le jeu mais que le MDM est inquiet ou remarque des signes ou que le joueur se plaint de symptômes évocateurs d'une commotion cérébrale, une discussion entre le médecin de l'équipe et le MDM doit avoir lieu. Si un différend persiste, le MDM a le droit de demander un autre dépistage hors du terrain, indépendant du Médecin de l'équipe ou de sortir unilatéralement le joueur du terrain.

En cas d'indication chez un joueur pour une sortie définitive du terrain (comme indiqué ci-dessus) alors aucun différend n'a lieu d'être et le joueur doit sortir du terrain.

Chaque compétition ou tournoi désigné est en mesure de déterminer si « l'indépendance» du MDM est obligatoire et, le cas échéant, quelle est la définition « d'indépendance» pour sa compétition ou son tournoi.

Où doit être effectué le dépistage HIA1 hors du terrain ?

Le dépistage hors du terrain doit être effectué dans la salle de soins. Si le dépistage hors du terrain ne peut être effectué dans la salle de soins parce qu'elle est trop éloignée du terrain de jeu pour qu'un HIA1 puisse être effectué dans les 12 minutes, le MDM, avec les médecins de l'équipe, identifiera et conviendra d'un autre emplacement approprié avant le début du match.

Un joueur qui subit un dépistage HIA1 hors du terrain peut-il être remplacé ou substitué ?

Un joueur qui subit un dépistage HIA1 hors du terrain peut être remplacé pour une période de 12 minutes. Le joueur ne sera pas autorisé à reprendre le match avant que cette période de 12 minutes soit écoulée et si le joueur qui subit ce dépistage hors du terrain NE se présente PAS au 4ème officiel dans les 12 minutes, le remplaçant temporaire devient un remplaçant permanent. Cette période de 12 minutes fait référence au temps réel et non au temps de jeu.

Que se passe-t-il si un joueur subit un impact à la tête juste avant la mi-temps et nécessite un dépistage hors du terrain ?

Le dépistage hors du terrain doit toujours être effectué dans les 12 minutes suivant la sortie du terrain et ne peut pas être reporté. Le joueur doit se présenter à un officiel de match avant le début de la deuxième mi-temps, sinon il sera considéré comme un remplaçant permanent.

Que se passe-t-il si un joueur ne coopère pas avec un dépistage hors du terrain ?

Un joueur qui ne coopère pas avec un dépistage hors du terrain sera considéré comme ayant subi une commotion cérébrale et sera sorti définitivement du match.

Si le joueur a une blessure à la tête exigeant un dépistage hors du terrain et une blessure qui saigne coexistante, quel est le temps disponible pour réaliser le dépistage hors du terrain et stopper l'hémorragie ?

Dans un tel cas, stopper l'hémorragie est la priorité, toutefois le dépistage hors du terrain doit être effectué le plus tôt possible. Si l'hémorragie peut être maîtrisée, la suture devrait être complétée après le dépistage hors du terrain. Le temps total disponible est de 17 minutes pour réaliser le dépistage hors du terrain et maîtriser le saignement.

Si un deuxième dépistage hors du terrain est requise pour un joueur pendant un match, cela entraîne-t-il automatiquement sa sortie du match ?

Non, un deuxième dépistage hors du terrain n'est pas une indication automatique de sortie définitive du terrain. Cependant, si un diagnostic définitif n'a pas été identifié suite au premier dépistage hors du terrain ou si le deuxième dépistage survient en raison d'un impact de faible force, il convient alors d'être prudent et de sortir ce joueur de toute participation ultérieure au jeu.

Des restrictions s'appliquent-elles au remplacement temporaire ?

Non. Un remplaçant temporaire n'est pas limité dans ses activités de jeu et peut botter un coup de pied de pénalité ainsi que tenter une conversion.

Que se passe-t-il si un joueur soumis à un dépistage hors du terrain ne reprend pas le jeu ?

Le joueur blessé sera considéré comme ayant été remplacé en raison d'une blessure et le remplacement temporaire deviendra permanent.

Si un joueur sort du jeu à la fois pour des raisons tactiques et d'évaluation HIA1 hors du terrain, peut-il reprendre le match ?

Tous les joueurs sortis pour une évaluation HIA1 hors du terrain DOIVENT se présenter au 4ème officiel dans la période imposée de 12 minutes si l'évaluation est négative, même s'ils font l'objet d'un remplacement tactique. Cela signifie que dans une telle situation, si le joueur ne se présente pas au 4ème officiel dans la période stipulée de 10 minutes, il est considéré comme définitivement sorti suite à une évaluation hors du terrain positive.

Si un joueur est sorti du terrain pour un protocole HIA et que l'équipe a utilisé tous les remplacements possibles, un remplacement temporaire est-il permis ?

Oui, si tous les remplaçants ont été utilisés, un remplacement temporaire pour blessure à la tête est autorisé par un joueur non blessé qui a déjà été remplacé tactiquement.

Si un joueur doit être sorti définitivement suite à un coup à la tête, quelle que soit la classification en salle de soins, c'est-à-dire sortie immédiate et permanente ou dépistage hors du terrain, le joueur désigné remplaçant temporaire sera autorisé à demeurer sur le terrain même si le joueur blessé ne revient pas à l'expiration de la période de 12 minutes hors du terrain.

Pour être clair, un joueur tactiquement remplacé peut reprendre le jeu pour remplacer un joueur blessé à la tête, même si d'autres remplacements n'ont pas été utilisés.

Quel est le rôle de l'équipe médicale adverse dans le processus de dépistage hors du terrain ?

Le personnel médical et non médical des équipes adverses ne peut pas demander un dépistage hors du terrain sur des joueurs qui ne font pas partie de leur équipe. Aucune suggestion ou commentaire concernant un dépistage hors du terrain d'un membre d'une autre équipe ne doit être fait.

Quel est le rôle du personnel non-médical dans le processus de dépistage hors du terrain ?

Le personnel non médical peut prévenir le personnel médical de leur équipe respective qu'ils ont vu un incident qui suggère un dépistage HIA1 hors du terrain ou une sortie définitive. Le personnel non médical ne peut pas demander un dépistage hors du terrain, cela doit être fait par le personnel médical. Le personnel non médical ne peut pas rejeter ou remettre en question une demande de dépistage hors du terrain présentée par le personnel médical sur le terrain, le MDM ou l'arbitre.

Que se passe-t-il si le joueur a une blessure simultanée ?

A l'exception d'une blessure qui saigne, l'évaluation d'une blessure simultanée et le dépistage hors du terrain doivent être effectués dans la période de 12 minutes permise pour le dépistage hors du terrain ou le remplacement deviendra définitif.

Quels sont les processus de suivi pour le dépistage HIA1 hors du terrain ?

Tous les joueurs qui sont soumis à un dépistage HIA1 hors du terrain effectué pendant un match, quel qu'en soit le résultat, doivent suivre :

  • Les deux étapes suivantes du protocole HIA :
  • Étape 1 : Une évaluation après le match, le jour même, à l'aide du formulaire et de l'examen HIA2 ; et
  • Étape 2 : Évaluation de suivi à l'aide du formulaire HIA3 et examen intégrant une évaluation neurocognitive informatisée, effectués entre 36 et 48 heures après la blessure.

L'outil HIA1 peut-il être utilisé pour diagnostiquer une commotion cérébrale ?

La présence d'un signe ou d'un symptôme de Critère 1 confirme un diagnostic de commotion cérébrale et le joueur doit être immédiatement et définitivement sorti du terrain et suivre une RPDJ. Un dépistage hors du terrain anormal confirme une suspicion de commotion cérébrale et le joueur est sorti du terrain. L'évaluation de suivi HIA2 peut confirmer un diagnostic de commotion cérébrale à expression immédiate si elle est anormale et / ou une évaluation HIA3, si elle est anormale, confirme un diagnostic de commotion cérébrale à expression retardée.

Comment dois-je interpréter le résultat du formulaire HIA2 ?

Le formulaire HIA2 est le SCAT5. Cet outil est utilisé pour appuyer un diagnostic clinique précoce de la commotion par le médecin de l'équipe, habituellement dans les 3 premières heures suivant la blessure. Chaque mode - vérification des symptômes, évaluation cognitive (SAC) et équilibre - doit être comparé avec la valeur de référence respective. Si une valeur de référence n'est pas disponible, des fourchettes de données normatives ont été créées à l'aide d'une base de données de 13 479 SCAT de référence provenant de 7 565 joueurs de rugby adultes.
Il convient de noter que tout symptôme déclaré dans la liste des symptômes non ressenti habituellement par le joueur après un match ou un entraînement de rugby est un indicateur sérieux de commotion cérébrale.

En l'absence de tests de référence, tout élément parmi les suivants doit être considéré comme indicateur sérieux d'un diagnostic de commotion cérébrale :

  • Mémoire immédiate - score inférieur à 16
  • Score de concentration (chiffres à l'envers) - score inférieur à 3
  • Mémoire différée - score inférieur à 4
  • Équilibre - Position sur deux pieds 1 erreur ou plus, position en tandem 4 erreurs ou plus, position sur un pied 6 erreurs ou plus
  • Évaluation neurologique anormale
  • La présence de tout symptôme dans la liste des symptômes non ressenti habituellement par le joueur après un match ou un entraînement de rugby est un indicateur sérieux de commotion cérébrale.

Les joueurs aux évaluations de référence inférieures aux scores ci-dessus doivent être examinés pour confirmer que le test de référence n'a pas été manipulé par le joueur. Depuis juin 2019, tous les tests de référence devraient refléter « comment le joueur se sent normalement ». Lorsqu'un joueur montre de multiples symptômes au point de référence, ceux-ci doivent faire l'objet d'un examen pour s'assurer qu'ils reflètent l'état de santé du joueur, et pour exclure par conséquence des causes médicales, physiques ou psychologiques pour les symptômes déclarés. Tout sous-mode anormal (équilibre, cognition ou concentration) inférieur aux données normatives spécifiées doit également être répété et / ou faire l'objet d'un examen.

Une évaluation HIA2 et un examen clinique normaux (après le match, le jour même) n'excluent pas un épisode de commotion. Il est possible que les joueurs développent des symptômes et des signes à expression retardée liés à une commotion cérébrale, le lendemain ou les jours suivant un incident de choc à la tête. Le protocole HIA exige une évaluation HIA3 et un examen clinique à 36-48 heures normaux afin d'exclure complètement une commotion cérébrale.

Comment dois-je interpréter le formulaire HIA3 ?

Le formulaire HIA3 est le SCAT5 avec une liste de contrôle des symptômes élargie pour identifier la gravité et la durée des symptômes. En outre, le formulaire HIA3 inclut les résultats du test neurocognitif informatisé utilisé par l'équipe. L'interprétation de l'HIA3 se fait comme pour le HIA2, à savoir une comparaison de chaque mode avec les résultats des données de référence ou normatives. Une anomalie de quelque mode que ce soit doit être considérée comme un indicateur sérieux de diagnostic de commotion cérébrale.

Si un dépistage HIA1 hors du terrain est demandé par le personnel sur le terrain d'une équipe, est-ce que cela peut être annulé par d'autres personnels sur le terrain ?

Une fois qu'un membre du personnel médical sur le terrain d'une équipe a demandé un dépistage HIA1 hors du terrain et que l'arbitre l'a accepté, il doit alors être effectué. Pour être clair, un dépistage hors du terrain demandé par le personnel médical sur le terrain d'une équipe ne peut pas être annulé.

Quels joueurs sont tenus de suivre un programme de reprise progressive du jeu (RPDJ) ?

Les joueurs ayant reçu un diagnostic de commotion cérébrale pendant le match, après le match sur le terrain ou lors du suivi de 36 à 48 heures DOIVENT suivre un programme de reprise progressive du jeu (RPDJ) qui doit être commencé au moins 24 heures après la blessure.

Comment prendre en charge un joueur qui se présente après le match avec des symptômes de commotion cérébrale ? Quel formulaire de dépistage hors du terrain devrait être utilisé ?

Si un joueur ne fait pas l'objet d'une évaluation hors du terrain pendant le match mais présente des signes ou des symptômes évoquant une commotion cérébrale après le match et au stade, un formulaire et un protocole HIA2 doivent être remplis et appliqués avant de quitter le stade. Il faut ensuite assurer un suivi après 36-48 heures avec le formulaire et le protocole HIA3.

Si un joueur ne fait pas l'objet d'un dépistage hors du terrain pendant le match mais présente des signes ou des symptômes évoquant une commotion cérébrale après avoir quitté le stade mais dans les 48 heures suivant le match, ce joueur doit être évalué à l'aide du formulaire et du protocole HIA3.

J'ai un joueur qui souffre d'une blessure à la tête et au cou et le joueur doit être évacué d'urgence. Quel formulaire HIA doit être rempli pour ce joueur en conjonction avec une évaluation clinique ?

Dans ce cas, un dépistage HIA1 hors du terrain n'est pas nécessaire car le joueur a été définitivement sorti du terrain. Un formulaire HIA2 et/ou HIA3 doit être utilisé pour appuyer le diagnostic clinique dans ce cas.

Quand un joueur peut-il reprendre le jeu après un diagnostic de commotion cérébrale ?

Conformément au Règlement 10 de World Rugby, tout joueur adulte avec diagnostic de commotion cérébrale :

  • doit être immédiatement et de façon définitive sorti de l’entraînement ou du terrain ; et
  • doit faire l'objet d'un examen médical par une personne dûment qualifiée (selon l'approbation requise dans la juridiction concernée) ; et
  • ne doit pas reprendre le match ; et
  • doit respecter un repos d'au moins 24 heures et ne doit pas retourner à l’entraînement ou jouer un match jusqu’à ce que les symptômes aient disparu ;
  • doit suivre un programme de reprise progressive du jeu qui doit être en conformité avec le Protocole de RPDJ de World Rugby applicable aux adultes.

Qu'entend-on par « repos » ?

La définition de repos dépend du temps qui suit la blessure

  • Après une commotion diagnostiquée et dans les 24 heures suivant la blessure, le repos signifie des activités normales de la vie quotidienne qui n'aggravent pas les symptômes, toute activité vigoureuse devant être évitée. Un repos cognitif relatif, avec un temps limite passé devant un écran, etc. - contribue à l'amélioration des symptômes ou leur absence continue.
  • Le repos après les 24 premières heures devrait être un repos relatif qui est défini comme « une activité en dessous du niveau auquel l'activité physique ou l'activité cognitive provoque des symptômes ».

Les études ont-elles démontré que les interventions au bord du terrain ont eu un impact positif ?

Avant l'introduction du remplacement temporaire pour les blessures à la tête et la standardisation de l'évaluation des blessures à la tête au bord du terrain, les données montraient que 56 % des joueurs souffrant de commotion cérébrale confirmée reprenaient le jeu le jour même de leur blessure. Les études ont confirmé que depuis l'introduction du protocole HIA, ce chiffre a diminué à moins de 10 %.

Les documents ci-dessous, qui étayent ces procédures HIA, sont disponibles au format PDF dans les annexes.

  • Annexe 1 : Définitions relatives à la Procédure HIA
  • Annexe 2 : Protocoles médicaux pour le personnel médical des équipes et du jour de match
  • Annexe 3 : Demande d’Accès au remplacement temporaire
  • Annexe 4 : Explication et organigramme du processus d’évaluation HIA
  • Annexe 5 : Contenu pédagogique minimum, Guide de stratification du risque, Niveau de soins avancé pour la commotion
  • Annexe 6 : Recommandations concernant la RPJ
  • Annexe 7 : Consentement du joueur et explication de la recherche