Évaluation musculosquelettique

Examen primaire

Les joueurs atteints de blessures musculosquelettiques doivent être examinés et les priorités de traitement établies en fonction de leurs blessures, de leurs signes vitaux et du mécanisme responsable des blessures. Après la sécurisation du périmètre, l'évaluation et la prise en charge du blessé doivent suivre les principes ABCDE, comme décrit en détail au chapitre 1, en s'assurant que les états de danger vital sont identifiés et traités de manière appropriée et rapide.

S : Approche SAFE

A : Gestion des problèmes de voies aériennes et stabilisation manuelle en ligne du rachis cervical (si approprié)

B : Gestion des problèmes respiratoires, notamment ventilation adéquate

C : Contrôle de la circulation et des hémorragies – peut être important dans les cas de traumatisme d'un membre

D : Évaluation des blessures à la tête co-existantes et mesures pour minimiser les lésions cérébrales secondaires

E : Prise en charge du membre blessé une fois que les ABC ont été pris en charge

La gestion des blessures présentant potentiellement un risque vital et impliquant les voies aériennes ou la fonction respiratoire doit toujours avoir priorité sur les fractures des extrémités. La seule exception à cette règle est la présence d'une hémorragie externe massive. La reconnaissance et la gestion de la plupart des hémorragies externes ne présentant pas de danger vital font partie de l'évaluation de la fonction circulatoire. Les hémorragies moins évidentes et/ou les déformations des membres sont généralement identifiées au cours de l'exposition de l'examen primaire ou au cours de l'examen secondaire.

Une perte de sang potentiellement importante et un choc hypovolémique peuvent survenir en cas de fracture non traitée d'un membre. La perte de sang estimée d'une fracture fermée du fémur est de 1000 à 1500 ml et ces chiffres peuvent être multipliés par deux dans les fractures ouvertes (Lee and Porter, 2005).

Le contrôle d'une hémorragie externe doit précéder la réanimation liquidienne et suivre une progression par étape. En premier lieu, appliquez une compression directe à l'aide de pansements stériles et une élévation membre blessé. Si l'hémorragie ne s'arrête pas à ce stade, la plaie doit être enveloppée d'un pansement compressif. Une technique simple mais efficace pour réduire une hémorragie est d'appliquer une traction pour réaligner le membre. À la suite d'une évaluation neurovasculaire, un réalignement et des attelles peuvent être utilisées pour stabiliser la fracture, suivi d’une réévaluation neurovasculaire.

Examen Secondaire

Pendant l'examen primaire, les états menaçant la vie du patient et l'intégrité du membre blessé doivent être identifiés et leur prise en charge commencée immédiatement. Un examen secondaire doit être entrepris uniquement une fois que l'examen primaire et les procédures de réanimation nécessaires sont terminés, et que l'état du patient s'est amélioré. L'examen des blessures musculosquelettiques doit suivre les principes d'évaluation « regarder, sentir et mouvoir », et prendre également en compte le mécanisme de la blessure. Les signes et symptômes d'une fracture ou d’une luxation d'un membre inférieur sont les suivants :

  • Déformation anatomique
  • Douleur
  • Hémorragie externe
  • Œdèmes
  • Sensibilité à la palpation
  • Crépitements
  • Dégâts neurovasculaires

Une fois la fracture ou luxation localisée, elle doit être gérée de manière appropriée. Pendant l'examen primaire rapide, tout signe d'état de choc doit être géré pendant l'évaluation de la fonction circulatoire, ce qui peut impliquer un contrôle des hémorragies et une réanimation liquidienne. La gestion sur le terrain d'une fracture ou luxation d'un membre inférieur doit inclure une identification de la déformation du membre inférieur qui requiert une manipulation en vue de la pose d'une attelle. L'état neurovasculaire doit être évalué avant et après toute intervention, y compris le réalignement. Les dégâts neurovasculaires avec déformation du membre requièrent un réalignement immédiat après administration d'une analgésie adéquate. Le membre peut normalement être réaligné en appliquant une traction longitudinale avec contre-traction proximale, puis une correction manuelle en position neutre. L'évaluation neurovasculaire doit être réitérée et poursuivie après la réduction de la fracture. Si des dégâts neurovasculaires sont toujours présents, des attelles seront mises en place sur le membre et le blessé transféré immédiatement vers un service d'urgence pour recevoir des soins définitifs Dans l'éventualité d'une dégradation de l'état neurovasculaire après le réalignement, le membre doit être replacé, et les attelles remise en place, dans la position d'origine et le blessé transféré de toute urgence vers le service d’urgence. Toutes les fractures ouvertes doivent être recouvertes de pansements stériles imbibés de solution saline et l'administration prophylactique d'antibiotiques par voie intraveineuse doit être envisagée si une durée de transfert prolongée vers le service d’urgence est probable.

Un algorithme de prise en charge préhospitalière des fractures des membres inférieurs (Lee and Porter - 2005) est illustré à la figure 1.

Figure 1 : Algorithme de prise en charge préhospitalière des fractures des membres inférieurs (Lee, C. and Porter, K. 2005)