Luxations

La luxation d'une articulation se produit lorsque deux os sont séparés au niveau d'une articulation [Une luxation se produit lors de la perte du contact normal entre les surfaces articulaires de deux os au niveau d'une articulation]. Il peut être difficile de distinguer cliniquement une fracture d'une luxation, d'autant plus qu'elles peuvent également se produire ensemble. En cas de doute clinique, la solution est d'immobiliser le membre blessé, de lui poser une attelle et de le radiographier avant de tenter une quelconque manipulation. Les luxations sont normalement associées à une lésion des tissus mous qui doivent alors être immobilisés avant et après la réduction, pour diminuer la douleur et prévenir tout dommage postérieur.

Luxation de l'épaule

L'épaule compte pour 20 % de l'ensemble des blessures au rugby, la seconde parmi les articulations les plus couramment endommagées après celle du genou. 35 % des blessures d'épaule sont des blessures récurrentes. Au rugby, l’action de jeu la plus fortement associée aux blessures de l'épaule est le plaquage, qui compte pour 49 % de toutes les blessures (Brooks et al, 2005). La luxation aiguë de l'épaule est une blessure relativement commune au rugby, et 95 à 98 % sont des luxations antérieures.

Mécanisme: La luxation antérieure de l'épaule est le plus souvent décrite comme étant due à une chute avec une force dirigée vers l'arrière sur un bras tendu, qui est en abduction et en rotation externe. Une étude récente qui a analysé en particulier les traumas de l'épaule chez les joueurs de rugby a décrit la position d'abduction et de rotation externe forcée (ABRE) qui compte pour 32 % des blessures récurrentes. Il s'agit de situations de plaquage ou d'atterrissage avec le bras tendu tenant le ballon pour tenter de marquer un essai (Funk and Snow, 2007). La luxation postérieure est beaucoup moins courante et généralement causée par une force antérieure lorsque l'épaule est maintenue en abduction et rotation interne.

Présentation: Le plus souvent, la luxation suit un épisode de contact à la suite duquel le joueur se plaint de douleur et de dysfonctionnement de l'épaule.

Luxation antérieure: Le plus souvent, le joueur soulage son bras en le posant sur le côté. Il existe généralement une perte de rondeur du deltoïde, bien que chez les joueurs d'aujourd'hui, le port d'épaulières rembourrées rende cette perte quasiment impossible à voir. Elle peut être détectée par palpation, bien que là aussi, le port d'épaulières et les maillots étroits rendent la palpation difficile. Il est parfois possible de palper la tête humérale dans son intégralité dans la gouttière clavi-pectorale.

Toute tentative de mouvement actif de l’épaule est douloureuse et sévèrement limitée. Le joueur est souvent conscient que son épaule est luxée. La présence d'un pouls radial sera contrôlée. Dans la mesure du possible, contrôler la sensibilité au-dessus de la zone « épaulette » adjacente au point d'insertion du deltoïde ; cette palpation peut être impraticable en raison du port d'épaulières et de maillots étroits. Elle permet de vérifier et de documenter si le nerf axillaire est affecté. L'intégrité du nerf radial peut être évaluée en contrôlant la fonctionnalité du poignet et du coude, et en testant une éventuelle diminution de la sensibilité du dos de la main.

Luxation postérieure: Le joueur peut se présenter avec le bras en abduction et rotation interne, ou avec le bras en élévation antérieure et soutenu par la main opposée, se plaignant d'une douleur croissante s'il tente de l'abaisser, et les tentatives d'abduction ou de rotation latérale sont douloureuses. Une saillie postérieure peut être présente palpée sous l'acromion, il peut être également difficile d’identifier cela en raison du port d'épaulières et de maillots étroits. Les mêmes examens neurovasculaires que ceux pour la luxation antérieure doivent être effectués.

Sortie du joueur de l'aire de jeu: Si une luxation est suspectée, le joueur atteint doit quitter le terrain de jeu. Généralement, le joueur pourra marcher hors du terrain ; il peut soutenir lui-même le membre blessé et son maillot peut être enroulé depuis le bas par-dessus le bras pour servir de support. Un Polysling appliqué autour du buste à l'aide d'un bandage est également utile.

Luxation du coude

L'articulation du coude est la deuxième parmi les articulations des membres supérieurs les plus couramment luxées, avec une prépondérance chez les adolescents et les jeunes adultes. Il ressort des publications que la luxation du coude la plus fréquente survient en direction postérolatérale (90 %) en raison de la configuration osseuse stable et du soutien musculaire de l'articulation.

La cause la plus courante de la luxation du coude est une chute sur la paume de la main tendue ou un choc direct sur le coude.

Signes et symptômes

  • Douleur intense au moment de la blessure
  • Perte de la fonctionnalité du coude
  • Déformation visible
  • Sensibilité de la zone luxée
  • Œdème et ecchymoses au niveau du coude
  • Engourdissement ou paralysie possible de la main sous la luxation
  • Diminution ou absence du pouls du poignet du bras affecté

Avant de tenter une réduction de l'articulation, l'état neurovasculaire doit être vérifié et documenté et une analgésie adéquate doit être administrée.

Évaluer les fonctions des nerfs radial (extension du poignet), médian (pronation du poignet) et cubital (flexion des 4e et 5e doigts) avant de tenter la réduction.