Les lésions dues au froid

Les lésions dues au froid

Les lésions dues au froid consistent en un endommagement des tissus périphériques dû aux effets directs. La forme la plus légère est appelée gelure bénigne, quand la peau devient blanche et engourdie. Il s'agit d'un état totalement réversible une fois la partie concernée réchauffée. La forme la plus grave est appelée engelure, quand la partie touchée devient blanche au contact du froid et bleue/violette au moment de se réchauffer et peut ensuite devenir noire et épaisse. Cette partie finira par se détacher et chez la plupart des patients, des tissus sains apparaîtront en dessous.

Traitement des lésions dues au froid

Le patient doit être soustrait de l'environnement froid et réchauffé. Aucun réchauffement ne devra être entrepris s'il n'est pas voué à être durable et si le patient devra être réexposé aux mêmes conditions de froid. Dans les cas les plus légers, un réchauffement passif pourra suffire, contrairement aux cas plus graves qui nécessitent un réchauffement actif au moyen d'eau chaude. Le réchauffement peut se révéler extrêmement douloureux et une analgésie adéquate sera nécessaire.

Il convient d'envisager le recours à des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour inhiber l’action des prostaglandines.

La quasi-noyade

Dans le cadre des soins immédiats dans le sport, le terme de « quasi-noyade » désigne un patient ayant été victime d'une submersion ou d'une immersion.

La sécurité du secouriste est primordiale, il est important que vous ne vous mettiez pas en danger.

La physiopathologie peut varier, mais il est important d'évaluer la possibilité d'hypothermie, d'hypoxie ou d'aspiration dans ce groupe.

Une fois sortie de l'eau, il est important de garder le patient en position horizontale si possible. Dans l'eau, la victime sera exposée à une pression hydrostatique considérable. Si cette pression disparaît soudainement alors que le patient est en position verticale, une chute importante de la tension artérielle peut s'ensuivre.

Traitement de la quasi-noyade

Le patient doit être secouru et maintenu en position allongé sur le dos.

Une évaluation des critères ABCDE doit être effectuée et toutes les interventions nécessaires réalisées. Il est particulièrement important de s'assurer que toute période d'hypoxie est réduite au minimum et une attention particulière doit être accordée à la libération des voies aériennes, à un effet et à une fréquence respiratoires adéquats et à une bonne oxygénation. Chez un patient convenablement auto-ventilé, de l'oxygène à haut débit doit être administré au moyen d'un masque sans réinspiration. Le vomissement constitue un véritable problème chez les personnes ayant été victimes d'une quasi-noyade ; il est important que le praticien en soit conscient et prêt à y faire face immédiatement afin de minimiser le risque d'aspiration. Dans la mesure du possible, le patient doit être prise en charge en position latérale de sécurité.

En cas d'arrêt cardiaque, le secouriste devra tenir compte du risque d'hypothermie et faire les ajustements nécessaires pour la réanimation, comme prévu dans la lignes directrices sur l'hypothermie.